Groupe local de Bordeaux

MNE, 3 rue Tauzia, 33800 Bordeaux

Contacts : Karine Martin : 06 64 98 26 81
Matylde Mikolaczyk : 06 23 13 44 77

E-mail : gl.bordeaux@greenpeace.fr

Réunion mensuelle :

Réunion le 1er mercredi du mois à 20h30 (sauf en août) avec présentation aux nouveaux à 19h

Bordeaux | le 21 décembre 2014

Après Bordeaux, Talence pour sensibiliser à l'extension du Plan particulier d'intervention du Blayais....

Après Bordeaux le samedi 8 novembre, nous avons décidé de poursuivre dans la CUB notre demande d’extension du Plan particulier de la centrale du Blayais, actuellement limité à 10kms.
Dimanche matin au marché Thouars de Talence, nous étions pas moins de 10 militants du groupe local pour distribuer des flyers de présentation de la centrale du Blayais et proposer au public de signer la pétition à l’intention du Préfet demandant l’extension du PPI du Blayais.

La bâche de 16 m2 aux pieds du public

La bâche de 16 m2 aux pieds du public


Avec notre désormais fameuse bâche de 16 m2 étendue au sol présentant la situation géographique de la centrale dans la Gironde et les départements limitrophes, les fidèles de ce marché pouvaient soit nous rencontrer dans les allées avec la pétition et le flyer à la main soit passer par notre stand et s’interroger sur le contenu de notre bâche.
Discussion avec un commerçant réceptif

Discussion avec un commerçant réceptif


Si peu de monde connaissait la signification et le contenu du PPI, beaucoup de personnes ont pris le temps d’écouter nos explications sur l’importance de renforcer les mesures de protection des populations en cas d’accident et au final après plus de deux heures de présence nous avons recueilli 170 signatures sur notre pétition que nous entendons remettre au Préfet en début d’année 2015.
Explications sur les légendes de la carte

Explications sur les légendes de la carte


La limitation actuelle, dans le PPI, à 10 kms autour de la centrale des mesures de protection est apparue d’autant plus insuffisante que nous avons pu communiquer sur la position de l’Association nationale des commissions locales d’information sur le nucléaire (ANCCLI) qui demande au gouvernement l’extension à 80 kms de ces fameux plans particuliers d’intervention.
Une des 170 signataires de notre pétition

Une des 170 signataires de notre pétition


Même si l’extension ne devrait pas être suffisante en cas de grave accident nucléaire, nous continuerons bien sûr d’exiger en allant à la rencontre du public sur les communes de la CUB que l’Etat prenne cette mesure minimale dans la perspective de la fermeture des centrales.

Lire l'article
Bordeaux | le 14 décembre 2014

Coup de filet final sur Petit Navire

#Arrêthon ! Le groupe local de Bordeaux mobilisé contre la surpêche des océans.

Petit Navire, je sors de tes filets !

Petit Navire, je sors de tes filets !

Samedi 13 décembre, les militants de Greenpeace Bordeaux partaient à la rencontre du public pour les informer sur les méthodes de pêche de Petit Navire, la marque de boîte de thon la plus vendue en France.

Lire l'article
Bordeaux | le 11 novembre 2014

Accident nucléaire et protection du public : limite 10 km ...

Dans le cadre de notre campagne « 5 centrales à fermer » dont celle du Blayais, nous étions présents ce samedi 8 novembre à partir de 14h au Grand Théâtre.
L’occasion d’alerter sur le document appelé Plan particulier d’intervention ou PPI arrêté par le Préfet dans chaque département où se situe une centrale nucléaire et qui limite au nom d’une doctrine nationale « harmonisée » les mesures de protection en cas d’accident dans une zone de 10 km….alors que nous demandons de notre côté de porter cette zone à 50 km pour englober la CUB et ses 720 000 habitants….

Notre bâche de 16 m2

Notre bâche de 16 m2


Pour le coup facile de nous apercevoir avec une bâche au sol de 16 m2 représentant la carte de la Gironde avec la position de la centrale du Blayais entourée d’un cercle rouge d’un rayon de 10 km pour visualiser cette zone de protection.
Le public autour de la bâche

Le public autour de la bâche


A l’intérieur de cette zone sont prévues distribution gratuite de pastilles d’iode, mesures de confinement et d’évacuation si nécessaires.
Mais nous avions sur cette même bâche et à l’échelle, un cercle de 30 km de rayon représentant la zone évacuée par le gouvernement japonais suite à Fukushima et un cercle de 100 km correspondant à la majeure partie des retombées radioactives de Fukushima qui se sont étendues jusqu’à 400 km !
Avec des banderoles « Blayais fermez la », des flyers d’information et un jeu quizz sur le PPI de la centrale, nous avions les supports suffisants pour alerter et sensibiliser le public sur cette question de la protection des populations.
Une banderole claire

Une banderole claire


Mais ce n’était point tout puisque nous avions aussi 150 cartes postales pétitions distribuées et adressées au Préfet ainsi qu’une pétition en cours depuis plusieurs mois qui a recueilli ce samedi plus de 100 signatures et que nous entendons remettre au Préfet à l’occasion d’une future audience.
200 personnes ont participé à cette activité soit en se prenant en photo sur notre bâche soit en participant au quizz ou en signant les pétitions.
Alors que la Suisse a décidé depuis le début de l’année de porter autour de ses centrales cette même zone de protection de 20 à 50 km et que l’Association nationale des commissions d’information sur le nucléaire (ANCCLI) venait la veille vendredi de demander au gouvernement d’élargir cette zone à 80 km, Greenpeace faisait presque figure d’association timorée avec sa demande de 50 km…
Le die-in

Le die-in


Au total, bonne participation du public avec sirène d’alerte et die-in final et bon retour de sa part sur les documents diffusés par notre équipe de 13 militants présents de 14h à 16h30.
FR3 était là

FR3 était là


Intérêt aussi des médias en ces temps de survol de centrales pour savoir ce que Greenpeace proposait en matière de protection des populations puisque FR3 et Sud-Ouest sont venus nous rendre visite.

Lire l'article
Bordeaux | le 26 octobre 2014

Petit Navire, #Arrêthon carnage!!

Le samedi 18 octobre, le groupe local de Bordeaux a investi le trottoir devant la galerie marchande de Saint Cristoly, en plein centre de Bordeaux.

Petit Navire: le bon goût du carnage...

Petit Navire: le bon goût du carnage…

Lire l'article
Bordeaux | le 18 octobre 2014

De Villeneuve à Bordeaux, Greenpeace présent en Aquitaine

Les 2 premiers week-ends d’octobre étaient très animés pour le groupe local passé sans coup férir de Villeneuve sur Lot (47) à Bordeaux.
A Villeneuve, se tenait les 4 et 5 octobre le 26e salon Horizon Vert où comme chaque année se retrouvaient associations et exposants après une conférence-débat du vendredi soir consacrée cette fois au changement climatique.
Le groupe local tenait donc un stand avec force plaquettes, guides d’information et documents sur les principales campagnes de Greenpeace océans, forêts, agriculture et nucléaire.

Le stand d'information à Horizon Vert

Le stand d’information à Horizon Vert


Ce fut l’occasion de rencontrer de nombreux sympathisants mais aussi des adhérents intéressés par notre nouvelle exposition consacrée aux 5 centrales à fermer en priorité en France dont celle du Blayais, exposition qui fut bien fréquentée sous la tente consacrée aux débats.
Une partie de l'expo Fermez les

Une partie de l’expo Fermez les


Changement de lieu et de public avec le festival Alternatiba Gironde organisé par 120 associations dont Greenpeace dans le quartier Ste Croix à Bordeaux du 10 au 12 octobre.
Un grand succès populaire et festif qui a vu 15 000 personnes participer pendant 3 jours aux conférences, ateliers, jeux, spectacles le tout gratuit, grande première pour un évènement de cette ampleur sur le thème du réchauffement climatique.
Là aussi, le groupe local était présent aussi bien dans le comité d’organisation que sur le terrain avec un stand d’info.
Le stand Greenpeace

Le stand Greenpeace


Ce dernier comportait outre les documents d’information sur nos campagnes, l’exposition Fermez les ainsi qu’une pétition demandant au préfet de la Gironde d’étendre au delà du périmètre de 10 kms la zone de protection des populations autour de le centrale du Blayais.
Ce grand village des alternatives, avec plus d’une centaine de stands, qui occupait le dimanche tout le quartier Ste Croix s’est terminé en soirée avec de nombreux groupes musicaux et une déclaration du comité d’organisation réuni sur la scène pour proclamer « Alternatiba, coup de pouce pour le climat ».
Un coup de pouce pour le climat

Un coup de pouce pour le climat

Lire l'article
Bordeaux | le 19 juillet 2014

La LEGOlution est en marche à Bordeaux !

La célèbre marque de jouets LEGO a sorti une boîte de jeu intitulée « camp de base Arctique ». Une belle occasion pour les enfants du monde entier de recréer chez eux l’univers magique de cette région immaculée. Mais l’histoire ne s’arrête pas avec la possibilité de belles explorations…

La face sombre de LEGO, c’est la mise en place d’un partenariat avec Shell, destructeur de l’Arctique. Le fabricant de jouets a apposé sur plusieurs boîtes le fameux coquillage de la compagnie pétrolière. Une stratégie mûrement réfléchie de la part de Shell puisque cette opération marketing lui permet de légitimer ses forages et de se créer une image positive auprès de millions d’enfants et de leurs parents dans le monde entier.

Greenpeace a donc lancé depuis le 1er juillet 2014 une campagne internationale appelant LEGO à quitter Shell. Shell menace l’Arctique. Shell menace l’avenir des enfants. LEGO pourra-t-il reconstruire ce que Shell détruit ? NON ! Ils ne doivent plus faire équipe avec eux !

Depuis le lancement de la campagne, plus de 570 000 messages ont été envoyés aux dirigeants de LEGO pour leur demander de rompre ce partenariat !! Vous pouvez encore envoyer le vôtre en cliquant ici. Aidez-nous à atteindre le million de messages et LEGO ne pourra pas rester muet face à la mobilisation des Défenseurs de l’Arctique.

A Bordeaux, les manifestants LEGO ont circulé le samedi 12 juillet entre la Place de la Bourse, le miroir d’eau, le Monument des Girondins et le Grand Théâtre. Banderoles dans les mains, à pied, à vélo et même en bateau, les figurines se sont opposées au partenariat entre Shell et LEGO et aux forages de la compagnie pétrolière. Illustrations en photos !

Pour plus d’informations sur la campagne, RDV sur la page de Greenpeace France.

Pour nous suivre sur facebook:

Les manifestants désapprouvent le choix de LEGO.

Les manifestants désapprouvent le choix de LEGO.

P1020690P1020700P1020658

Le bateau de Greenpeace accoste la plateforme pétrolière de Shell.

Le bateau de Greenpeace accoste la plateforme pétrolière de Shell.

Dans les brumes de l'Arctique, la mobilisation continue !

Dans les brumes de l’Arctique, la mobilisation continue !

P1020647P1020643

 

 

Lire l'article
Bordeaux | le 9 juin 2014

Bois illégal ?

Ce samedi 7 juin, les militants de Bordeaux et la BVB (Brigade de Vérification du Bois) ont rendu visite à l’enseigne Décoplus, cours Clémenceau, qui distribue et importe du bois fortement soupçonné d’illégalité en provenance de la forêt amazonienne et de la RDC. La BVB est un organe de contrôle imaginé par Greenpeace qui se substitue au contrôle de l’Etat quant à la légalité du bois vendu en France .

La BVB est en route !

La BVB est en route !

Pendant que 2 militants discutaient avec le vendeur, 3 autres se sont engouffrés à l’arrière de la boutique, là où sont exposés les panneaux de bois: Ipé, du Jatoba, du Cumaru, du Massanranduba, Wengé… Ils ont posé des stickers « BVB » sur ces panneaux, ont déployé des banderoles « Votre parquet est-il légal ? » et « Chega de madeira ilegal » (en portugais, « Assez de bois illégal »). L’activité s’est poursuivie à l’extérieur de l’enseigne avec banderoles et rubalise « Forest Crime Scene », sensibilisation du public, peu présent ce jour-là, avec distribution de tracts et contacts avec la presse.

Un militants accole les stickers "BVB" sur le bois incriminé.

Un militants accole les stickers « BVB » sur le bois incriminé.

Un militant avec une banderole dans le magasin.

Un militant avec une banderole dans le magasin.

"Assez de bois illégal"

« Assez de bois illégal »

 

Le magasin est identifié comme "scène de crime"!

Le magasin est identifié comme « scène de crime »!

 

Le Règlement du Bois de l’Union Européenne (RBUE) oblige les importateurs, depuis mars 2013, à vérifier par eux mêmes la provenance et le légalité de leur bois, au-delà des certificats officiels qu’on leur fournit car ceux-ci sont souvent obtenus de manière frauduleuse. Importer du bois du Brésil ou de la RDC nécessite donc une vigilance accrue de leur part, c’est le principe de « diligence raisonnée ». Il manque aujourd’hui des moyens de contrôle et une loi qui permette d’appliquer des sanctions si le règlement européen n’est pas respecté. C’est à chaque pays de prendre ces décisions et c’est aussi tout l’enjeu de notre action. En effet, dans les semaines à venir, la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt doit être discutée et Greenpeace demande qu’une loi soit votée pour faire respecter le RBUE et qu’un régime de sanction soit appliqué.

La France est le 2nd importateur européen de bois du bassin du Congo, le 1er européen et le 2nd mondial pour le bois brésilien.

Lire l'article
Bordeaux | le 18 mai 2014

Pesticides et nucléaire, non merci !

Un samedi chargé pour le groupe local avec une double activité au programme.
Au matin, c’était le marché des Capucins pour sensibiliser les citoyens et consommateurs au risque majeur que constitue la disparition importante des colonies d’abeilles mais aussi les détaillants du marché car ce phénomène est également une menace importante pour la pérennité de leur activité.
Ainsi après une étude de 3 ans l’INRA a chiffré la valeur de l’activité pollinisatrice des abeilles à 153 milliards d’€ soit 9,5% de la valeur de l’ensemble de la production alimentaire mondiale.Par ailleurs et même si la cause de la forte disparition des abeilles n’est pas unique, la responsabilité des pesticides est majoritairement suspectée ce qui a incité la Commission européenne a décrété un moratoire de 2 ans sur l’utilisation de 3 molécules pour le traitement de cultures comme le colza et le mais.
A l’aide de panonceaux indiquant « Pas d’abeilles, pas d’asperges » ou « Pas d’abeilles pas de fraises » sans oublier les tomates, les kiwis ou les citrons, nous avons alerté et renseigné les consommateurs en leur remettant notre guide Le Guetteur compilant les réponses et non réponses des distributeurs sur la présence ou non des pesticides et d’OGM dans leurs produits.

Notre guide Le Guetteur facile d'utilisation

Notre guide Le Guetteur facile d’utilisation


Déjà bien accueilli en avril pour une activité similaire par le gérant du « Bio des Capus », un petit remerciement à lui qui a volontairement pris nos panonceaux pour les poser dans ses cagettes !
Le gérant pose lui-même les panonceaux "Alerte abeilles" dans ses cagettes

Le gérant pose lui-même les panonceaux « Alerte abeilles » dans ses cagettes


L’après-midi, changement de sujet pour un thème aussi grave à savoir la sûreté des réacteurs nucléaires en Europe. Pour faire le point, Greenpeace a commandité un rapport à plusieurs experts qui démontre le risque lié au vieillissement, dans la mesure où sur 151 réacteurs en fonctionnement en Europe (hors Russie), 66 ont plus de 30 ans dont les 4 de notre centrale du Blayais et même 7 ont plus de 40 ans !
Et quoi de plus pertinent pour aborder ce sujet que d’aller à la rencontre d’un député européen qui plus est candidat à nouveau aux élections du 25 mai.Comme le hasard fait parfois bien les choses, José Bové tête de liste EELV dans le Sud-Ouest était en meeting ce samedi à Bordeaux à l’espace Darwin, excellente raison pour lui parler du nucléaire, même s’il est sans doute un peu au courant, en lui remettant un exemplaire français de ce rapport.
José Bové avec le rapport Greenpeace entre les mains ( crédit photo Morgane Launay / My Global Bordeaux)

José Bové avec le rapport Greenpeace entre les mains ( crédit photo Morgane Launay / My Global Bordeaux)


Le contact fut facile et direct, on s’y attendait un peu , et nous lui avons demandé bien entendu de se saisir de ce sujet pour à l’aide de notre rapport faire sienne au Parlement notre principale revendication à savoir engager la fermeture des réacteurs qui ont atteint la durée prévue lors de leur conception.

Lire l'article
Bordeaux | le 20 avril 2014

Aux Capus : vente des dernières pommes issues de la pollinisation !

Ce samedi 19 avril, nous retrouvons les Capus un lieu familier où nous savons trouver des consommateurs prêts à réfléchir sur leurs habitudes alimentaires.
Au menu, une nouvelle action de sensibilisation pour alerter sur les conséquences de l’utilisation des pesticides sur les abeilles, clef de voûte de notre sécurité alimentaire.
Pour bien faire passer le message, on commence par accrocher notre banderole dont le slogan est à la fois un cri d’alerte et un cri de colère devant l’inertie des autorités publiques et des industriels : Sauvons les abeilles !

Pour faire passer clairement le message

Pour faire passer clairement le message


Après accord du marchand situé derrière nous et une rapide installation de notre stand, on commence à voir le regard inquiet et étonné du public à la lecture de notre écriteau « 150 € le kg de pommes » et en plus fin de série, les consommateurs des Capus, marché plutôt populaire, n’en croient pas leurs yeux !
Les dernières pommes n'ont plus de prix

Les dernières pommes n’ont plus de prix


Il est temps d’aller à la rencontre du public pour expliquer la situation de plus en plus dramatique des colonies d’abeilles et à l’aide de notre guide Le Guetteur la position très timorée de grandes marques alimentaires sur le contrôle de leurs produits en matière d’OGM et des pesticides.
En compulsant notre guide Le Guetteur

En compulsant notre guide Le Guetteur


Notre guide qui décrypte les rapports de 150 grandes marques alimentaires aux OGM et aux pesticides, pour 300 types de produits montre des résultats édifiants : près de la moitié des marques ne peuvent garantir l’absence d’utilisation de pesticides ou d’OGM dans les produits finis. Et ce, alors que les consommateurs dans leur très grande majorité ne veulent pas de ces matières.
Un consommateur attentif

Un consommateur attentif


Au final et après deux heures de présence et de contacts avec le public, nous avons eu un échange positif et avons distribué 200 exemplaires du guide.
le guetteur à retrouver sur notre site

le guetteur à retrouver sur notre site

Lire l'article
Bordeaux | le 31 mars 2014

Agriculture : Semaine des Alternatives aux pesticides, Greenpeace Bordeaux

En ces derniers jours de la Semaine des Alternatives aux Pesticides, le groupe local Greenpeace Bordeaux est parti à la rencontre du public devant la Maison éco-citoyenne. Le but était de sensibiliser les citoyens sur les pratiques de l’agriculture industrielle trop gourmande en pesticides et de montrer qu’il existe des alternatives à ces méthodes. Chacun et chacune d’entre nous pouvons les mettre en place dans nos jardins, nos potagers et à plus grande échelle, ce sont ces alternatives qui sont utilisées dans l’agriculture biologique, seule agriculture respectueuse de l’environnement, des sols, de l’eau, de la biodiversité et de l’Homme !

IMG_4095      IMG_4107

Les bénévoles du groupe local ont installé un peu partout aux alentours des banderoles « Sauvons les abeilles », des drapeaux Greenpeace, des panneaux « Ni OGM, ni pesticides » et « Produits issus de l’agriculture toxique ? Ouvrez l’oeil ! » ainsi que des panneaux d’exposition sur les dangers des pesticides et les alternatives. Le public a pu s’informer sur le sujet en suivant un petit parcours ponctué d’affiches au sol proposant chacune une solution pour gérer son jardin sans avoir recours aux pesticides.

IMG_4105                   IMG_4100

IMG_4093

 

Les bénévoles ont également distribué des guides « Le Guetteur » et ont offert des oeillets d’Inde aux curieux. L’oeillet d’Inde éloigne les pucerons des plants de tomates par exemple  et empêche les mauvaises herbes d’envahir votre jardin: un bon début pour un jardinage biologique et le geste a été très apprécié des passants ! Et pour clôturer cette journée, nous avons eu la visite d’une abeille sur notre plante décorative. Nous, on y a vu un beau signe !! Et vous ?

Une visite qui tombe à pic !

Une visite qui tombe à pic !

Notre mascotte à nous !

Notre mascotte à nous !

            

Rencontre avec le public

Rencontre avec le public

           

 

Lire l'article