Groupe local de Bordeaux

MNE, 3 rue Tauzia, 33800 Bordeaux

Contacts : Karine Martin : 06 64 98 26 81
Matylde Mikolaczyk : 06 23 13 44 77

E-mail : gl.bordeaux@greenpeace.fr

Réunion mensuelle :

Réunion le 1er mercredi du mois à 20h30 (sauf en août) avec présentation aux nouveaux à 19h

Bordeaux | le 19 juillet 2014

La LEGOlution est en marche à Bordeaux !

La célèbre marque de jouets LEGO a sorti une boîte de jeu intitulée « camp de base Arctique ». Une belle occasion pour les enfants du monde entier de recréer chez eux l’univers magique de cette région immaculée. Mais l’histoire ne s’arrête pas avec la possibilité de belles explorations…

La face sombre de LEGO, c’est la mise en place d’un partenariat avec Shell, destructeur de l’Arctique. Le fabricant de jouets a apposé sur plusieurs boîtes le fameux coquillage de la compagnie pétrolière. Une stratégie mûrement réfléchie de la part de Shell puisque cette opération marketing lui permet de légitimer ses forages et de se créer une image positive auprès de millions d’enfants et de leurs parents dans le monde entier.

Greenpeace a donc lancé depuis le 1er juillet 2014 une campagne internationale appelant LEGO à quitter Shell. Shell menace l’Arctique. Shell menace l’avenir des enfants. LEGO pourra-t-il reconstruire ce que Shell détruit ? NON ! Ils ne doivent plus faire équipe avec eux !

Depuis le lancement de la campagne, plus de 570 000 messages ont été envoyés aux dirigeants de LEGO pour leur demander de rompre ce partenariat !! Vous pouvez encore envoyer le vôtre en cliquant ici. Aidez-nous à atteindre le million de messages et LEGO ne pourra pas rester muet face à la mobilisation des Défenseurs de l’Arctique.

A Bordeaux, les manifestants LEGO ont circulé le samedi 12 juillet entre la Place de la Bourse, le miroir d’eau, le Monument des Girondins et le Grand Théâtre. Banderoles dans les mains, à pied, à vélo et même en bateau, les figurines se sont opposées au partenariat entre Shell et LEGO et aux forages de la compagnie pétrolière. Illustrations en photos !

Pour plus d’informations sur la campagne, RDV sur la page de Greenpeace France.

Pour nous suivre sur facebook:

Les manifestants désapprouvent le choix de LEGO.

Les manifestants désapprouvent le choix de LEGO.

P1020690P1020700P1020658

Le bateau de Greenpeace accoste la plateforme pétrolière de Shell.

Le bateau de Greenpeace accoste la plateforme pétrolière de Shell.

Dans les brumes de l'Arctique, la mobilisation continue !

Dans les brumes de l’Arctique, la mobilisation continue !

P1020647P1020643

 

 

Lire l'article
Bordeaux | le 9 juin 2014

Bois illégal ?

Ce samedi 7 juin, les militants de Bordeaux et la BVB (Brigade de Vérification du Bois) ont rendu visite à l’enseigne Décoplus, cours Clémenceau, qui distribue et importe du bois fortement soupçonné d’illégalité en provenance de la forêt amazonienne et de la RDC. La BVB est un organe de contrôle imaginé par Greenpeace qui se substitue au contrôle de l’Etat quant à la légalité du bois vendu en France .

La BVB est en route !

La BVB est en route !

Pendant que 2 militants discutaient avec le vendeur, 3 autres se sont engouffrés à l’arrière de la boutique, là où sont exposés les panneaux de bois: Ipé, du Jatoba, du Cumaru, du Massanranduba, Wengé… Ils ont posé des stickers « BVB » sur ces panneaux, ont déployé des banderoles « Votre parquet est-il légal ? » et « Chega de madeira ilegal » (en portugais, « Assez de bois illégal »). L’activité s’est poursuivie à l’extérieur de l’enseigne avec banderoles et rubalise « Forest Crime Scene », sensibilisation du public, peu présent ce jour-là, avec distribution de tracts et contacts avec la presse.

Un militants accole les stickers "BVB" sur le bois incriminé.

Un militants accole les stickers « BVB » sur le bois incriminé.

Un militant avec une banderole dans le magasin.

Un militant avec une banderole dans le magasin.

"Assez de bois illégal"

« Assez de bois illégal »

 

Le magasin est identifié comme "scène de crime"!

Le magasin est identifié comme « scène de crime »!

 

Le Règlement du Bois de l’Union Européenne (RBUE) oblige les importateurs, depuis mars 2013, à vérifier par eux mêmes la provenance et le légalité de leur bois, au-delà des certificats officiels qu’on leur fournit car ceux-ci sont souvent obtenus de manière frauduleuse. Importer du bois du Brésil ou de la RDC nécessite donc une vigilance accrue de leur part, c’est le principe de « diligence raisonnée ». Il manque aujourd’hui des moyens de contrôle et une loi qui permette d’appliquer des sanctions si le règlement européen n’est pas respecté. C’est à chaque pays de prendre ces décisions et c’est aussi tout l’enjeu de notre action. En effet, dans les semaines à venir, la loi d’avenir sur l’agriculture, l’alimentation et la forêt doit être discutée et Greenpeace demande qu’une loi soit votée pour faire respecter le RBUE et qu’un régime de sanction soit appliqué.

La France est le 2nd importateur européen de bois du bassin du Congo, le 1er européen et le 2nd mondial pour le bois brésilien.

Lire l'article
Bordeaux | le 18 mai 2014

Pesticides et nucléaire, non merci !

Un samedi chargé pour le groupe local avec une double activité au programme.
Au matin, c’était le marché des Capucins pour sensibiliser les citoyens et consommateurs au risque majeur que constitue la disparition importante des colonies d’abeilles mais aussi les détaillants du marché car ce phénomène est également une menace importante pour la pérennité de leur activité.
Ainsi après une étude de 3 ans l’INRA a chiffré la valeur de l’activité pollinisatrice des abeilles à 153 milliards d’€ soit 9,5% de la valeur de l’ensemble de la production alimentaire mondiale.Par ailleurs et même si la cause de la forte disparition des abeilles n’est pas unique, la responsabilité des pesticides est majoritairement suspectée ce qui a incité la Commission européenne a décrété un moratoire de 2 ans sur l’utilisation de 3 molécules pour le traitement de cultures comme le colza et le mais.
A l’aide de panonceaux indiquant « Pas d’abeilles, pas d’asperges » ou « Pas d’abeilles pas de fraises » sans oublier les tomates, les kiwis ou les citrons, nous avons alerté et renseigné les consommateurs en leur remettant notre guide Le Guetteur compilant les réponses et non réponses des distributeurs sur la présence ou non des pesticides et d’OGM dans leurs produits.

Notre guide Le Guetteur facile d'utilisation

Notre guide Le Guetteur facile d’utilisation


Déjà bien accueilli en avril pour une activité similaire par le gérant du « Bio des Capus », un petit remerciement à lui qui a volontairement pris nos panonceaux pour les poser dans ses cagettes !
Le gérant pose lui-même les panonceaux "Alerte abeilles" dans ses cagettes

Le gérant pose lui-même les panonceaux « Alerte abeilles » dans ses cagettes


L’après-midi, changement de sujet pour un thème aussi grave à savoir la sûreté des réacteurs nucléaires en Europe. Pour faire le point, Greenpeace a commandité un rapport à plusieurs experts qui démontre le risque lié au vieillissement, dans la mesure où sur 151 réacteurs en fonctionnement en Europe (hors Russie), 66 ont plus de 30 ans dont les 4 de notre centrale du Blayais et même 7 ont plus de 40 ans !
Et quoi de plus pertinent pour aborder ce sujet que d’aller à la rencontre d’un député européen qui plus est candidat à nouveau aux élections du 25 mai.Comme le hasard fait parfois bien les choses, José Bové tête de liste EELV dans le Sud-Ouest était en meeting ce samedi à Bordeaux à l’espace Darwin, excellente raison pour lui parler du nucléaire, même s’il est sans doute un peu au courant, en lui remettant un exemplaire français de ce rapport.
José Bové avec le rapport Greenpeace entre les mains ( crédit photo Morgane Launay / My Global Bordeaux)

José Bové avec le rapport Greenpeace entre les mains ( crédit photo Morgane Launay / My Global Bordeaux)


Le contact fut facile et direct, on s’y attendait un peu , et nous lui avons demandé bien entendu de se saisir de ce sujet pour à l’aide de notre rapport faire sienne au Parlement notre principale revendication à savoir engager la fermeture des réacteurs qui ont atteint la durée prévue lors de leur conception.

Lire l'article
Bordeaux | le 20 avril 2014

Aux Capus : vente des dernières pommes issues de la pollinisation !

Ce samedi 19 avril, nous retrouvons les Capus un lieu familier où nous savons trouver des consommateurs prêts à réfléchir sur leurs habitudes alimentaires.
Au menu, une nouvelle action de sensibilisation pour alerter sur les conséquences de l’utilisation des pesticides sur les abeilles, clef de voûte de notre sécurité alimentaire.
Pour bien faire passer le message, on commence par accrocher notre banderole dont le slogan est à la fois un cri d’alerte et un cri de colère devant l’inertie des autorités publiques et des industriels : Sauvons les abeilles !

Pour faire passer clairement le message

Pour faire passer clairement le message


Après accord du marchand situé derrière nous et une rapide installation de notre stand, on commence à voir le regard inquiet et étonné du public à la lecture de notre écriteau « 150 € le kg de pommes » et en plus fin de série, les consommateurs des Capus, marché plutôt populaire, n’en croient pas leurs yeux !
Les dernières pommes n'ont plus de prix

Les dernières pommes n’ont plus de prix


Il est temps d’aller à la rencontre du public pour expliquer la situation de plus en plus dramatique des colonies d’abeilles et à l’aide de notre guide Le Guetteur la position très timorée de grandes marques alimentaires sur le contrôle de leurs produits en matière d’OGM et des pesticides.
En compulsant notre guide Le Guetteur

En compulsant notre guide Le Guetteur


Notre guide qui décrypte les rapports de 150 grandes marques alimentaires aux OGM et aux pesticides, pour 300 types de produits montre des résultats édifiants : près de la moitié des marques ne peuvent garantir l’absence d’utilisation de pesticides ou d’OGM dans les produits finis. Et ce, alors que les consommateurs dans leur très grande majorité ne veulent pas de ces matières.
Un consommateur attentif

Un consommateur attentif


Au final et après deux heures de présence et de contacts avec le public, nous avons eu un échange positif et avons distribué 200 exemplaires du guide.
le guetteur à retrouver sur notre site

le guetteur à retrouver sur notre site

Lire l'article
Bordeaux | le 31 mars 2014

Agriculture : Semaine des Alternatives aux pesticides, Greenpeace Bordeaux

En ces derniers jours de la Semaine des Alternatives aux Pesticides, le groupe local Greenpeace Bordeaux est parti à la rencontre du public devant la Maison éco-citoyenne. Le but était de sensibiliser les citoyens sur les pratiques de l’agriculture industrielle trop gourmande en pesticides et de montrer qu’il existe des alternatives à ces méthodes. Chacun et chacune d’entre nous pouvons les mettre en place dans nos jardins, nos potagers et à plus grande échelle, ce sont ces alternatives qui sont utilisées dans l’agriculture biologique, seule agriculture respectueuse de l’environnement, des sols, de l’eau, de la biodiversité et de l’Homme !

IMG_4095      IMG_4107

Les bénévoles du groupe local ont installé un peu partout aux alentours des banderoles « Sauvons les abeilles », des drapeaux Greenpeace, des panneaux « Ni OGM, ni pesticides » et « Produits issus de l’agriculture toxique ? Ouvrez l’oeil ! » ainsi que des panneaux d’exposition sur les dangers des pesticides et les alternatives. Le public a pu s’informer sur le sujet en suivant un petit parcours ponctué d’affiches au sol proposant chacune une solution pour gérer son jardin sans avoir recours aux pesticides.

IMG_4105                   IMG_4100

IMG_4093

 

Les bénévoles ont également distribué des guides « Le Guetteur » et ont offert des oeillets d’Inde aux curieux. L’oeillet d’Inde éloigne les pucerons des plants de tomates par exemple  et empêche les mauvaises herbes d’envahir votre jardin: un bon début pour un jardinage biologique et le geste a été très apprécié des passants ! Et pour clôturer cette journée, nous avons eu la visite d’une abeille sur notre plante décorative. Nous, on y a vu un beau signe !! Et vous ?

Une visite qui tombe à pic !

Une visite qui tombe à pic !

Notre mascotte à nous !

Notre mascotte à nous !

            

Rencontre avec le public

Rencontre avec le public

           

 

Lire l'article
Bordeaux | le 22 mars 2014

Le 29 mars à 14h : journée des alternatives aux pesticides pour Greenpeace Bordeaux !

Du 20 au 30 mars, c’est la (grande) semaine des alternatives aux pesticides. C’est la 9ème édition de cet évènement international qui a pour but de promouvoir… les alternatives aux pesticides! La période choisie est significative puisque ce sont les 1ers jours du printemps: la période des semis, le retour des fleurs mais aussi la reprise des épandages de pesticides.

Parce qu’il existe d’autres méthodes pour cultiver son potager ou son champ, parce que les pesticides ont de lourdes conséquences sur l’environnement et la santé, tout le monde est amené à s’informer, à échanger et à participer aux ateliers proposés. Que vous soyez jardinier amateur, professionnel, agriculteur, apiculteur ou simple curieux, ces journées sont faites pour vous!!

              TractAbeilles230313Recto                TractAbeilles230313Verso             

 

Le groupe local de Bordeaux tiendra un stand d’informations devant la Maison Eco-Citoyenne (Quai Richelieu, en bas du Pont de Pierre) le 29 mars à partir de 14h. Une exposition de panneaux vous présentera les dangers des pesticides et surtout les alternatives qui existent. Les bénévoles seront là pour vous aiguiller mais aussi pour échanger avec vous sur vos expériences. 

Venez partager un bon moment avec nous, en musique, et vous repartirez peut être avec un bel oeillet d’Inde en souvenir…! (dans la limite du stock)

Lire l'article
Bordeaux | le 17 mars 2014

Risques d'accident nucléaire : et la protection des populations ?

En France, la protection des populations en cas d’accident nucléaire est définie dans un document appelé le Plan particulier d’intervention ou PPI. Ce document décidé par le Préfet prévoit notamment le confinement et l’évacuation des habitants ainsi que la distribution préventive de comprimés d’iode.
Même si aucune valeur n’est imposée, tous les PPI restreignent les mesures de protection à des zones de 10 kms autour des centrales. Les communes situées au-delà n’ont accès à aucune préparation ni équipement particuliers pour faire face au risque nucléaire. D’ailleurs l’Autorité de sûreté nucléaire, l’ASN, se contente d’affirmer « qu’il pourrait être nécessaire d’étendre les zones de protection au-delà des rayons préétablis des PPI, les délais disponibles seraient alors mis à profit pour la mise en oeuvre de ces actions. » !!

l'équipe prête à recueillir les signatures

l’équipe prête à recueillir les signatures


Pour demander l’extension de ce plan, rien ne vaut l’information de la population et la pression sur les autorités à l’aide d’une pétition ce que nous avons fait ce samedi en rencontrant les citoyens sur le marché de Blaye située à 15 kms de la centrale …donc hors du PPI.
rencontre avec des citoyens intéressés

rencontre avec des citoyens intéressés


Et si des communes comme celle de Blaye concernées par d’autres risques doivent adopter un Plan communal de sauvegarde ou PCS et donner des consignes précises aux habitants en cas d’accident, la cohérence des mesures annoncées laisse un peu rêveur…En effet, si les communes ont un stock de comprimés d’iode à distribuer et réparti dans différents locaux, on demande aux habitants de rejoindre un local clos et de s’y confiner puis d’attendre le signal sonore ou l’alerte téléphonique pour venir récupérer les comprimés.
On peut comprendre dès lors le scepticisme des citoyens à la lecture de ces consignes et leur souhait de signer la pétition présentée par Greenpeace pour l’extension du PPI et la distribution préventive de comprimés.
quand on veut signer une pétition

quand on veut signer une pétition


Au final et après 2 heures de présence et d’explications sur le marché de Blaye, nous avons reçu un accueil plutôt sympathique et attentif même de certains habitants qui travaillent avec la centrale et avons recueilli 123 signatures.
A noter également la couverture de l’activité par Sud-Ouest et l’heddo local Haute Gironde qui ont semblé intéressés par la présence des autres associations partenaires de Greenpeace pour l’occasion, Saintonge Boisée Vivante et Tchernoblaye.
présentation symbolique de l'alternative française

présentation symbolique de l’alternative française

Lire l'article
Bordeaux | le 4 mars 2014

Greenpeace Bordeaux fait son carnaval !

Samedi 1er mars avait lieu le carnaval de Bordeaux. Le thème choisi par la ville: la Chine.

Nous avons donc saisi cette occasion pour partager un moment festif et pour mettre en avant la campagne « Détox » de Greenpeace.

L’idée était de créer un visuel autour de la mode toxique, de nombreuses marques de prêt à porter utilisent en effet des produits chimiques dangereux pour la santé et l’environnement dans la fabrication des vêtements.

Quelques-unes, comme Benetton, Levi’s, Zara, H&M… se sont déjà engagées à éliminer de leur chaîne de production ces substances dangereuses.

Mais d’autres marques persistent à les utiliser au détriment de la santé de leurs ouvriers  et de l’environnement.

Il est temps qu’elles entament elles aussi, une mode sans danger!!

Pour en savoir plus, c’est par ici: http://blog.greenpeace.fr/tag/detox

Mais pour l’heure, place aux photos!

Lire l'article
Bordeaux | le 4 mars 2014

le 8 février 2014 : activité pour la sortie nationale du "Guetteur", le guide abeilles, pesticides et OGM.

Les militants du Groupe Local de Bordeaux ont participé à cette journée nationale.

L’activité s’est déroulée dans le calme à Auchan Mériadeck. Nous avons posé des stickers sur le sol dans les rayons du magasin et lâcher des ballons dans la galerie avec un seul et unique message « Produits de l’agriculture toxique? Ouvrez l’oeil! ». Le but était de sensibiliser les clients sur les pratiques alimentaires des grandes marques de consommation et les inviter à devenir eux aussi des guetteurs. Le nouveau guide a été très bien accueilli et distribué en masse à l’entrée de la grande surface.                                                                                                                                        

Le Guetteur observe les pratiques agricoles des marques, ainsi que leur utilisation des OGM et des pesticides tueurs d’abeilles dans le processus de fabrication de leurs produits.

 

attachment9
 

Le Guetteur : méthodologie
Greenpeace a demandé à un large panel de marques, pour 300 produits, si elles pouvaient garantir l’absence d’OGM et de pesticides tueurs d’abeilles dans la fabrication de leurs produits. Le résultat est alarmant : 57% des marques ayant répondu se fournissent en produits issus de l’agriculture toxique. Plus de la moitié des marques interrogées ont aussi préféré ne pas répondre à ce questionnaire, comme si elles ne voulaient pas faire toute la lumière sur leurs approvisionnements.

Les Français veulent une alimentation issue de l’agriculture écologique
Les solutions existent pour une alimentation issue d’une agriculture écologique, sans OGM ni pesticides. Ce n’est pas une utopie. Les Français en sont conscients.

79% d’entre eux s’inquiètent de la présence éventuelle d’OGM dans leur alimentation (sondage Ifop pour Ouest France septembre 2012), et 61% jugent les risques liés aux pesticides comme élevés ou très élevés (baromètre IRSN 2013).

 

bouton_guetteur

Plus d’infos :

Lire l'article
Bordeaux | le 19 janvier 2014

OGM : Le retour par la fenêtre ?

Depuis l’annulation du moratoire sur le mais Monsanto 810 en août dernier, le souvenir des OGM s’estompe un peu et les bordelais rencontrés au marché des Capus ce samedi 18 ne se souvenaient plus de l’engagement pris par le gouvernement à cette époque de maintenir ce moratoire…Et si selon un sondage de l’IFOP pour Ouest-France de septembre 2012, 79% des Français s’inquiètent de la présence éventuelle d’OGM dans leur alimentation le gouvernement non seulement n’a pas tenu son engagement de l’été dernier mais le projet de loi sur l’avenir de l’agriculture voté mardi en première lecture à l’Assemblée n’a même pas évoqué la question des OGM !

De plus alors que la Commission européenne va proposer aux Etats membres d’ici mi-février d’autoriser la culture du maïs GM 1507 de Pioneer, il est essentiel pour les consommateurs que le gouvernement français réagisse et s’oppose clairement à cette nouvelle offensive des pro OGM sinon on pourrait se retrouver avec un, voire deux maïs transgéniques semés dans les champs dans moins de deux mois. Notre demande est donc claire : le gouvernement doit prendre des mesures immédiates pour interdire définitivement les cultures OGM en France.

Discussion avec les consommateurs

Discussion avec les consommateurs

Les 10 militants du groupe local après remise d’un tract et d’un guide sur les OGM invitaient les habitués des Capus à participer à une pétition sous forme de photographies. Il s’agissait de poser avec un message clair à destination de nos Ministres M.Le Foll et M.Martin : « OGM= agriculture toxique PROTEGEZ-NOUS ! ». Les photos seront compilées et envoyées aux ministres afin de leur montrer l’ampleur de la mobilisation citoyenne contre les OGM.

Rencontre avec un candidat en campagne

Rencontre avec un candidat en campagne

Compte tenu de la campagne électorale, nous n’étions point étonnés de voir passer le candidat et actuel maire de Bordeaux Alain Juppé accompagné de ses soutiens et nous en avons profité pour l’interroger sur sa position sur ce dossier. Réponse diplomatique du candidat qui se dit à la fois pas vraiment favorable aux OGM tout en s’inquiétant de l’isolement de la France en Europe….

Une partie des militants présents

Une partie des militants présents

Lire l'article